Un phénomène géologique : la création des fjords du Southland

En jetant un œil sur la carte de l’île du sud de la Nouvelle-Zélande, vous serez sans aucun doute comme nous l’avons été, intrigués par une grande étendue de vert entrecoupée de bleu. Le relief découpé du Fiordland National Park  est plutôt hors du commun. Il est, avec 1,2 millions d’hectares le plus vaste parc national de Nouvelle-Zélande. Inscrit au patrimoine mondial de l’Unesco, cette région  est notamment connue pour ses fjords et renommée pour ses nombreuses randonnées. Milford track, Kepler track, Dusky track et tant d’autres ; c’est au total 500 kms de sentiers tracés à travers la réserve naturelle et 60 refuges qui font de ce parc national une destination rêvée pour les randonneurs.


Des paysages hors du commun

Une épaisse forêt pluviale tempérée couvre les pentes abruptes dominant les 14 fjords et 5 grands lacs d’origine glaciaire du Fiordland. Côtes déchiquetées, falaises, cascades, fjords, lacs : ces paysages escarpés ont été modelés par les glaciations successives. Ces lieux reculés et protégés sont habités d’une faune et d’une flore exceptionnelles.

Les animaux marins prospèrent sur ces côtes où l’on peut notamment rencontrer le grand dauphin et le très rare manchot du Fiordland (ou Gorfou huppé)

La forêt pluviale recouvre les deux tiers de la région. C’est une forêt vierge tropicale (rain forest) tempérée et fraîche, dense comme une jungle. L’espèce végétale qui prédomine est le hêtre argenté de Nouvelle-Zélande, mais elle est aussi habitée de vignes vierges, de lianes, de plantes grimpantes et de fougères qui s’enchevêtrent. Cette végétation dense, offre un abri sûr au très rare Takahe, une espèce menacée que l’on croyait disparue, avant que ne soit découvert leurs derniers représentants dans cette région (aujourd’hui une  centaine d’individus).


Climat

L’eau est l’un des principaux éléments responsables de la beauté de la région. Les fjords offrent le meilleur d’eux-même juste après une bonne pluie, lorsque la « rain forest » a bien été arrosée.

S’il est plutôt décevant d’arriver dans cette région sous la pluie, on lui doit néanmoins la beauté de ces paysages. Sans elle, pas de forêt pluviale.

Le Fiordland passe sans transition de la mer aux hauts pics montagneux, prenant au piège tous les nuages qui les survolent. C’est pourquoi il peut pleuvoir uniquement dans cette région alors que le soleil brille partout ailleurs en Nouvelle-Zélande.  N’ayons pas peur de dire que le Fiordland est l’un des endroits les plus pluvieux du monde. A titre d’exemple, Milford Sound, où nous nous sommes rendus, reçoit environ  6 mètres de pluie par an.

Lors de notre passage dans le Fiordland, nous pouvons nous estimer chanceux car nous n’avons pas essuyé une seule goutte de pluie pendant les visites. Le crachin était de mise en tout début et fin de journée, mais le soleil nous a fait l’agréable surprise de nous accompagner sur le chemin de Milford Sound.


La formation des fjords

La région du Fiordland, unique en son genre, est le résultat de l’énorme pouvoir naturel de l’eau. En des temps anciens, les glaciers sculptèrent ces reliefs particuliers : les fjords. Ils creusèrent la face de cette région, puis suite à un réchauffement climatique inondèrent les vallées, formant ainsi les lacs qu’on lui connait aujourd’hui. Les sommets des monts escarpés peuvent atteindre 2750m et certaines falaises s’élèvent à 1200 m.


Chronologie

Il y a plus de 10 millions d’années, le soulèvement de la région provoque des plissements formant alors des reliefs séparés par des vallées en V.

Il y a 2 millions d’années, une nouvelle ère glaciaire commence. La neige s’amoncelle alors autour de la région du Fiordland et se transforme en glace. C’est ainsi qu’apparaissent des glaciers qui se frayent un passage vers la mer. Ils connaissent de nombreuses avancées et reculs au rythme des caprices climatiques. A chaque avancée, il sculpte un peu plus profondément les vallées, taillant les sommets et les crêtes en pointes et les vallées en U.


Il y a entre 20 000 et 12 000 ans un réchauffement climatique opère, provoquant une reculée flagrante des glaciers, laissant alors apparaitre des vallées d’altitude.


Il y a environ 6 000 ans, à la fin de la dernière ère glacière, le niveau de la mer atteint son niveau actuel. L’eau salée envahie alors les vallées, créant des voies d’eau entre les reliefs : les fjords, appelés ici par erreur : « sounds ».

Des « sounds » qui n’en sont pas…

Le terme sound désigne un bras de mer formé par submersion d’une vallée fluviale. Mais pour contredire cette définition, les sounds du Fiordland (dont fait parti Milford Sound) sont en fait des fjords formés par plissement de l’écorce terrestre, ensuite approfondis et élargis par les glaciers et enfin envahis par la mer.

L’explication de cette contradiction remonte au XVIIIeme siècle lorsque les explorateurs débarquèrent dans la région. Ils pensent alors découvrir d’anciennes vallées fluviales submergées par l’océan, formant ainsi des bras de mer impressionnants, s’insinuant dans les terres. Ce phénomène a un nom en anglais : « Sound ».

Ils baptisent ainsi Milford Sound et les autres fjords sur cette certitude.

Plus tard, est constaté qu’il s’agit en fait de fjords. C’est pourquoi la région est rebaptisée Fiordland, afin de rétablir, en quelques sortes, la vérité géologique.

Curieux de voir ça de nos propres yeux, le prochain article traitera de Milford Sound.


© WakaTrip.com le blog photo qui vous fait voyager dans les fjords.

10 Comments Un phénomène géologique : la création des fjords du Southland

  1. Sylvie M 'mars 26th, 2009' at 18:31

    Coucou !

    Je vote pour la photo 5 « Fraîcheur du Fiordland » superbes couleurs com d’hab.

    Bisous

  2. Adeline 'mars 26th, 2009' at 18:38

    Salut !! Je choisis Fraîcheur du Fiordland, vraiment extraordinaire !

  3. Sylvain 'mars 26th, 2009' at 23:22

    Oui la 5, bien sûr, mais la forêt est également magnifique. Le texte n’est pas vilain, non plus.
    Bisous !

  4. Michèle 'mars 27th, 2009' at 1:42

    Je la reconnais cette « f…cascade » !
    Bisous

  5. M-F 'mars 27th, 2009' at 9:03

    Je me rallie à la majorité! la 5! Encore que………….j’aime beaucoup également la première avec l’oiseau semblant maître du ciel…..
    M-F

  6. seb 'mars 27th, 2009' at 10:22

    la 5.

  7. Lud 'mars 27th, 2009' at 10:42

    Eh bien mon seul lien avec la majorité, ce sera de dire que les photos sont magnifiques comme d’hab.
    Pour la photo, je préfère la 6, qui illustre bien le récit, les cîmes accrochant les nuages.
    Lud.

  8. MOISE 'mars 28th, 2009' at 14:46

    la 1 « Courant ascendant, Fiordland » a quelque chose de magique, on pourrait être à la place de l’oiseau.
    bravo

  9. kathy 'avril 13th, 2009' at 10:02

    et ben moi je vote pour la deux
    ke ca doit etre impressionnant face à ce paysage
    bisous

Leave A Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *